Le foin: le séchage une étape clé à maitriser

fanage-du-foinPlusieurs dénominations sont utilisées pour  désigner cette étape clé dans l’élaboration du foin: le séchage, le fanage ou la fenaison. L’objectif reste le même, évacuer un maximum d’eau contenu dans l’herbe fraichement coupée et ainsi favoriser sa conservation.

Pour parvenir à un séchage de qualité, il faut être particulièrement vigilant à certains points…la coupe doit être réalisée dès le départ dans un environnement sec (pas de pluie, pas de rosée). Il est donc nécessaire de surveiller la météo pour juger du moment opportun.

Les feuilles des végétaux possèdent des trous microscopiques qui s’ouvrent et ou se ferment pour réguler la transpiration des plantes. Ce sont ces trous que nous appelons les stomates. Lors de la coupe de l’herbe ces stomates sont ouverts, ce qui favorise l’évaporation naturelle de l’eau contenu dans les feuilles. Cependant ces stomates se referment très rapidement durant les heures qui suivent la coupe. C’est pourquoi les 24 premières heures sont  critiques pour la qualité du séchage. Le premier jour après la coupe le taux de matière sèche peut passer ainsi de 20% à 50% (source: chambre d’agriculture de l’Indre).

Un autre facteur important est à considérer, l’aération de l’herbe coupée. Tout séchage du foin de qualité sera plus efficace avec une bonne circulation d’air. C’est donc ce point qu’il faudra maitriser mécaniquement. La solution réside dans l’utilisation  du faneur – andaineur, outils indispensable pour maitriser cette étape qui consiste à retourner le foin et à le monter en andain. Comme toute action mécanique, cette étape peut endommager le foin, il est donc nécessaire de ménager la vitesse d’avancement du tracteur et de rotation des toupies de l’andaineur  afin de préserver la structure des brins de foin.

En début de fenaison, le foin peut résister à cette action mécanique car l’herbe coupée est encore souple. en revanche, plus l’eau s’évacue du foin, plus douce devra être l’intervention mécanique du faneur-andaineur.

Pour adapté l’action mécanique il faut avoir en tête la règle suivante: l’agressivité de l’action mécanique de l’andaineur dépends de la vitesse du tracteur et de la vitesse de rotation des toupies:

action-mecanique

Ainsi plus la vitesse du tracteur est élevée et la vitesse de rotation des toupies faibles, plus douce sera l’intervention.

La forme des andains est aussi importante pour améliorer le séchage: plus l’andin est haut, meilleur sera l’aération mais moins bonne sera l’exposition au soleil et inversement. La forme de l’andin doit donc être adaptée aux conditions climatiques. Nous pouvons établir la règle suivantes.

andain

et bien évidemment,  il ne faut utiliser l’andaineur que dans des conditions limitant l’incorporation d’eau dans le foin, donc après la rosée du matin.

Pour résumer, il est nécessaire de faucher le foin lors d’une météo propice, car les premières 24 heures de fenaison sont les plus importantes. Ensuite il faut aérer mécaniquement en dosant la vitesse d’intervention pour préserver la qualité du foin et enfin, il faut veiller à ajuster la forme des andins en fonction de la météo.

Avec toutes ces précautions le séchage de votre foin devrait être optimal.

Vendez votre foin ici sur Laballeronde.fr la première marketplace dédiée aux fourrages

page-daccueil-logo-2

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :