L’entretien de la prairie: un facteur déterminant pour la qualité des foins

 

881432186-brin-dherbe-prairie-vegetation-ciel-bleuDans cet article nous allons voir pourquoi il est essentiel de contrôler la prairie pour garantir une qualité de foin suffisante. Un petit rappel s’impose toutefois! les foins  étaient à l’origine essentiellement issus de prairies dites « naturelles »; c’est à dire de prairies constituées d’un peuplement végétal d’origine. Ce peuplement était en général constitué tout naturellement d’un mélange de graminées, de légumineuses ainsi que d’autres familles de plantes. Ce peuplement végétal n’est en réalité jamais totalement naturel, car les parcelles en question font l’objet d’actions conduisant à sélectionner par la force des choses certaines plantes plutôt que d’autres.

C’est ainsi que le pâturage du bétail devient un facteur de dégradation de la prairie. Les ruminants pâturant ces parcelles sélectionnent le peuplement végétal à  la fois par le piétinement et le tassement du sol, par l’apport d’engrais via les déjections mais aussi, tout simplement, par leurs préférences alimentaires. Année après année, le peuplement végétal change: par exemple, les plantes résistantes au piètement survivent; quant aux autres espèces, elles disparaissent progressivement. Ceci a pour conséquence une dégradation de la prairie et donc de la qualité du foin.

C’est donc tout naturellement que les agriculteurs ont tenté de contrôler la qualité du foin en contrôlant la qualité du peuplement végétal de la prairie. Il existe plusieurs moyens pour y parvenir.

Le premier moyen étant le semis, très rapidement des mélanges d’espèces ont été utilisés par les agriculteurs pour choisir le peuplement optimal. Cependant, même un bon semis ne résout pas le problème du piétinement du troupeau qui tasse le sol et détruit certaines plantes aux qualités nutritives essentielles. La solution: éviter le séjour trop long des bêtes sur une même parcelle et favoriser la rotation des bêtes d’une parcelle à l’autre.

La rotation résout le problème du tassement des sols mais il reste un problème de taille. Certaines espèces végétales en place dans la prairie ne sont pas du goût du bétail, il s’avère donc nécessaire de jouer le rôle du bétail et de faucher ces plantes régulièrement comme le ferait un ruminant.

Combinés le semis, la rotation du troupeau, et le fauchage permettent de ralentir la dégradation de la qualité d’une prairie. Le foin issu d’une prairie entretenue et au peuplement végétal contrôlé sera  donc de meilleure qualité que le foin issu d’une prairie très ancienne.

Vendez votre foin ici sur Laballeronde.fr la première marketplace dédiée aux fourrages

page-daccueil-logo-2

Publicités

Un commentaire sur “L’entretien de la prairie: un facteur déterminant pour la qualité des foins

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑